FEVR’s main aims are to offer sup­port and help to road crash vic­tims by provid­ing free emo­tional, prac­tical and jur­idical assist­ance, through member associations and to con­trib­ute to road safety by high­light­ing road danger and the causes of crashes in order to influ­ence insti­tu­tions and author­it­ies towards imple­ment­ing and enfor­cing road safety meas­ures far more effectively.

Postal Adress

4 rue Joseph Felten L-1508 Howald LUXEMBURG

president@fevr.org

Réseau ONG

Deuxième Rencontre Internationale des ONG travaillant pour la Sécurité Routière et les Victimes de la Route


Pour aider les associations non gouvernementales actives pour réduire l’insécurité routière et ceux qui défendent les intérêts des victimes de la route l’OMS avait invité à la deuxième rencontre de celles ci à Washington le 14–15 mars dernier. Plus de 100 participants de 48 pays différents ont ainsi pu se rencontrer et changer des idées et expériences

Ces échanges ont eu lieu au quartier général de l’OMS, bureau régional pour les Amériques à Washington D.C.

La séance fut officiellement ouverte par le  Dr Mirta Roses Peragio, Directeur Régional de l’OMS/AMRO. A l’ordre du jour furent ensuite des échanges et approches comment mieux défendre les objectifs des ONG, l’éventuelle création d’une alliance internationale regroupant tous les ONG. Les plans pour la décennie d’action pour la Sécurité routière furent présentés et discutés. Un guide en préparation, pour conseiller et diriger les associations actives dans les domaines de la prévention routière et dans l’assistance aux victimes de la route fut présenté

Pour toute informations supplémentaires prière de contacter  Ms Laura Sminkey (sminkeyl@who.int).


Résumé des propositions des Organisations non-gouvernementales pour la Décennie d’action de la sécurité routière:

Les Organisations non-gouvernementales de plaidoyer (ONG) représentant les victimes et les usagers de la route ont un intérêt particulier à voir une amélioration de la sécurité routière, et réellement à voir un réseau de transports routiers sans décès. Beaucoup de ces organisations furent créées par des personnes ayant subi un deuil ou des blessures à la suite d’une collision routière, et motivées, par leur souffrance personnelle, à aider d’autres victimes ou à s’engager dans des activités de prévention.

En mai 2009 à Bruxelles, sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé, 70 ONG de 40 pays se sont réunies pour la première fois. Grâce à leur expertise et à leurs vues spécifiques, elles ont formulé 33 recommandations visant à améliorer la sécurité routière. Les recommandations sont groupées autour de cinq sujets, chacun avec une petite introduction.

Demarche Generale

La route est un domaine public ainsi qu’un réseau de communication entre les personnes. C’est pourquoi les ONG demandent aux gouvernements de:

  • changer radicalement la politique des transports, en accordant une priorité absolue à la sécurité et une mobilité durable,
  • considérer les blessures résultant de la dangerosité routière et la mobilité comme une question de santé publique et de droits humains,
  • concevoir le réseau routier en tenant compte du rôle de l’espace public ainsi que des droits et des besoins des usagers vulnérables,
  • utiliser une terminologie plus appropriée telle que crash, collision, blessure à la place du mot « accident.

Prevention

Il est de notre devoir de réduire au plus près de zéro le nombre de victimes de la route. C’est pourquoi les ONG demandent aux gouvernements de:

  • montrer l’exemple avec une meilleure gestion des risques,
  • mettre à disposition des ressources pour la recherche, la réforme et la stricte mise en vigueur  de la réglementation sur la circulation,
  • créer un mécanisme de financement durable pour la sécurité routière,
  • adopter des normes universelles pour la police routière, la formation des conducteurs et tous les permis de conduire.

Reaction Apres-Collision

Une intervention performante suite aux collisions est un élément primordial  pour une politique de sécurité routière sérieuse. Elle comporte des opérations de secours immédiates, des enquêtes approfondies, le cas échéant des poursuites pénales et civiles, la réhabilitation et le soutien à long terme. C’est pourquoi les ONG attendent des gouvernements qu’ils assurent:

  • une amélioration des services de secours, une réhabilitation rapide afin de minimiser le traumatisme routier,
  • des normes nationales de prestations sociales, médicales et juridiques apportées aux victimes blessées ainsi qu’aux familles endeuillées,
  • des enquêtes approfondies afin d’identifier les causes prévisibles et de garantir la justice pour les victimes,
  • une force de dissuasion répondant d’une manière efficace et dûment proportionnelle aux violations du code de la route entraînant mort ou blessure.

Experience Globale

Il est essentiel de favoriser des moyens de transport plus durables, compte tenu du coût énorme en vies humaines et de l’effet de la pollution sur le changement climatique. C’est pourquoi les ONG demandent aux gouvernements de faire particulièrement attention à:

  • la mise en place et l’intégration des différents moyens de transport lors de la conception des routes,
  • la sécurité et le confort des usagers vulnérables.

Actions Et Initiatives Conjointes

Les ONG offrent aux gouvernements leur coopération, leur expertise et leurs initiatives conjointes. Elles reçoivent en retour un partenariat, un financement assuré et le soutien pour leurs travaux. Les ONG proposent:

  • des réseaux nationaux de plaidoyer dédiés à la sécurité routière et aux victimes de la route,
  • l’observance par tous les pays de la Journée Mondiale du Souvenir des Victimes de la Route, une journée créée par des victimes elles-mêmes, occasion de souligner les conséquences de la dangerosité routière et l’impact des décès de la route et des blessures,
  • la création d’un monument national aux victimes de la route dans la capitale de chaque pays,
  • l’établissement d’une Coalition Internationale Contre les Traumatismes Routiers (International Coalition against Road Trauma – ICART) , composée des Coalitions nationales.